maisondagoit BOUTIQUE☚SHOP
Pascal Goblot
5.00
HOP J'achète

Derrière la salle de bains
• Pascal Goblot • À propos d'une image

« Je prendrai pour point de départ l’hôtel des Grands Hommes » écrit Breton en légende de la première image du récit.
C’était là, derrière les deux fenêtres situées juste sous le mot « HOTEL », qu’avait commencé l’aventure surréaliste, en 1919. C’était là qu’au retour de la Grande Guerre il avait écrit, avec Philippe Soupault, les premiers textes automatiques. Quand il entame Nadja, au lieu d’infliger à son lecteur une description qu’il estime pénible de l’hôtel de la place du Panthéon, il en publie une photo, prise par Jacques André Boiffard.
C’est une représentation brute, sans fard. Il n’y a pas de sous-entendus, pas d’au-delà, ni d’en deçà de l’image.
La vue de l’hôtel est banale, avec en avant plan, l’inévitable statue de Jean-Jacques Rousseau, et une charrette à cheval, comme il en sillonnait tant dans Paris à l’époque. Tout au plus, peut-on trouver présomptueux l’allusion aux « Grands Hommes », et le fait que la photo ait été prise depuis le Panthéon.
Il n’y a rien de plus, semble-t-il, à voir dans cette photographie.
En réalité, pour qui sait lire et qui sait voir, cette image résonne dans la psyché de Breton, et possiblement dans celle de son lecteur, en de multiples échos, révélateurs de profondeurs secrètes.
Car cette photo inaugurale est en fait reliée à une toile peinte en 1914 par Giorgio de Chirico, l’Enigme d’une journée.
Il est possible de la voir aujourd’hui au Moma, à New York. »

Keep shopping